Langue actuelle Aktuelle Sprache

Clique ici pour suivre l’un de nos blogs de festivals de cinéma

Internationale Filmfestspiele Berlin Französische Filmwoche, Berlin Semaine de la critique Cannes Französische Filmtage Tübingen / Stuttgart Festival Du Cinema Allemand
  • alexander-graeff

    Alexander Graeff

    Alexander Graeff, Après des études de philosophie, d’histoire et d’alllemand à Cologne, Alexander Graeff, 29 ans, a passé un an à Paris dans le cadre du programme Erasmus. Après son Magister, il est revenu s’installer dans sa ville de prédilection. Il a fait ses preuves sur le film Party Girl de la jeune réalisatrice Marie Amachoukeli en tant que preneur de son puis comme assistant de régie dans le département marketing de l’agence Sophie Dulac Distribution ainsi qu’au sein de la Confédération Internationale des Cinémas d’Art et Essai à Paris.

    Alexander pense qu’en Allemagne, on ne privilégie pas assez le cinéma comme expression artistique. Wim Wenders, le légendaire réalisateur allemand qui recevra un Ours d’or d’honneur pour sa carrière cinématographique lors de la prochaine Berlinale, reste son cinéaste préféré. Il admire le scénariste Joachim Trier et fait l’éloge de son film d’une beauté foudroyante Oslo 31 août, adapté du Feu follet de Drieu la Rochelle, qui met en scène un trentenaire aux tendances suicidaires ne pouvant se défaire d’une tristesse incurable. Son film préféré est Taxi Driver de Martin Scorsese qui retrace l’aventure d’un jeune taximan revenant du Vietnam et supportant mal l’ambiance des bas-fonds new-yorkais. Un film qui monte en puissance avec un De Niro exceptionnel.

  • alicewagret

    Alice Wagret

    Alice Wagret, 23 ans est étudiante en réalisation à l’école de la Cité en banlieue parisienne après une mention très bien au bac et Hypokhâgne. Elle a à son actif de solides expériences dans le cinéma comme scripte, assistante de production ou de régie. C’est par ailleurs une aventurière qui est partie seule à la découverte de l’Australie et a fait stage de musique en Guinée où elle a vu la misère de près. En matière de cinéma, elle aime se laisser surprendre par les films sans idées préconçues comme la Pirogue de Moussa Touré dans un cinéma d’art et d’essai dont elle est ressortie bouleversée et pleine d’empathie pour les personnages du film. Alice n’hésite pas à prendre la défense de Luc Besson qui encourage la production de films sur le sol français en refusant de se laisser écraser par le géant américain en le concurrençant avec des films grands publics.

    Les goûts d’Alice en matière de cinéma vont de Xavier Dolan qui se distingue par l’atmosphère et le format de ses films àMichel Gondry qui la séduit aussi car il laisse libre cours à un onirisme débridé et repousse les limites de la créativité. Elle pense que le cinéma allemand est méconnu comme Lola rennt de Tom Tykwer ou O Boy de Jan-Ole Genster ! Passionnée et ouverte au monde, Alice a le courage de ses opinions en matière de cinéma.

  • codstrcil

    Chloé Odstrcil

    Chloé Odstrcil regarde le monde du haut de ses 20 ans à travers le prisme du cinéma découvert au lycée de Lunéville en Lorraine avec l’option cinéma-audiovisuel . Après avoir participé au Festival du Film de Sarlat (Dordogne) et effectué un stage au Festival de courts-métrages, Chloé suit actuellement un cursus à la Hochschule der Medien à Stuttgart dans le cadre du programme Erasmus.

    Elle dispose déjà de nombreuses expériences professionnelles diverses (réalisation d’un film institutionnel pour l’association Europop, bénévole à la Foire internationale de Metz, au Festival international du Film Nancy-Lorraine, stage à la direction de la communication du Conseil Général du Bas-Rhin). Son stage au Festival International du Film Nancy-Lorraine l’a particulièrement marquée car il lui a permis de côtoyer diverses nationalités et notamment des jeunes de toute l’Europe grâce au Service Volontaire Européen. Ce brassage culturel l’a séduite car il développe le sens de la citoyenneté active, de la solidarité et de la tolérance des jeunes européens. Le 7e art fait partie de la vie de la jeune européenne pour qui l’expressionnisme allemand n’a plus de secrets.

  • hendrik-neumann

    Hendrik Neumann

    Hendrik Neumann, 25 ans, a étudié le français, l’histoire et le droit public à Berlin avant de passer un semestre à Toulouse où il a suivi des cours de lettres modernes et de cinéma. Il est actuellement étudiant en master de communication interculturelle à l’Europa-Universität Viadrina de Francfort-sur-l’Oder. Après son bac, Hendrik s’est engagé en faveur de Aktion Sühnezeichen créée en 1958 qui a pour but la réconciliation avec les peuples et le développement de nos capacités à vivre en paix. Il a effectué son service civil à Saint-Etienne où il a accompagné des demandeurs d’asile. Passionné de cinéma, il dispose de nombreuses expériences professionnelles dans le domaine de la régie et de la production qui lui ont valu le deuxième prix du Festival du court-métrage de Toulouse avec son scénario der Hund des Unsichtbaren(Le chien de l’invisible).

    Hendrik est un inconditionnel de Woody Allen. Son film culte est Cet obscur objet du désir du réalisateur espagnol Luis Buñuel, naturalisé mexicain, dont l’oeuvre est profondément marquée par le surréalisme. Le réalisateur et scénariste munichois Jakob Lass l’impressionne aussi avec son film Love Steaks car il parvient avec peu de moyens à créer un film de qualité dans la veine de d’un mumblecore américain.

  • louise-cognard

    Louise Cognard

    Louise Cognard, 21 ans, née à Culver City près de Hollywood, de mère allemande et de père français se passionne tôt pour le 7e art dans sa campagne sarthoise où elle a grandi loin des salles obscures. Actuellement étudiante à Sciences Po Lille, elle se spécialise dans les questions européennes et internationales après un stage à la Fondation Genshagen qui favorise le rapprochement interculturel en Europe. Elle a participé à un programme Egalité des chances de l’école du cinéma de La Fémis et fait partie d’une association le Kinophile qui organise des débats critiques autour de nouveaux films. Son goût en matière de cinéma est éclectique : les frères Cohen, Quentin Tarentino, Jane Campion, Luigi Commencini, Alain Resnais, Tom Tykwer.

    A son acteur préféré Michael Fassbender, elle souhaiterait poser la question : Vous êtes né à Heidelberg mais avez grandi en Irlande. Qu’est ce qui vous lie à l’Allemagne ? Il y a dans votre jeu cette capacité à jouer la retenue, à faire preuve d’une impassibilité glaçante, contrebalancée par une lueur d’humanité dans vos yeux bleu acier. Pensez-vous que c’est votre gène germanique qui s’exprime ? Louise manie l’humour comme la langue de Goethe à la perfection.

  • marian

    Marian Freistühler

    Marian Freistühler, 25 ans a étudié le théâtre et les médias ainsi que l’histoire de l’art à Erlangen avant de passer un semestre à Aix-en-Provence et à Marseille dans le cadre du programme Erasmus.

    Il a été stagiaire au théâtre de Essen ainsi que projectionniste dans un cinéma. Durant son stage effectué dans la société de production Grimberg, il se familiarise avec tous les métiers de la production de film. Le film allemand décalé sur le coming-out d’un jeune adolescent Ich fühl mich Disco d’Axel Ransich l’a particulièrement marqué ainsi que Feuerwerk am hellichten Tage qui dépeint avec force l’ambigüité des relations humaines dans une petite ville du nord de la Chine.

    D’autres réalisateurs le séduisent comme Jan Schomburg, Dietrich Brüggemann, Jan Ole Gerster ou Jakob Lass. Le film franco-germano-roumain Code inconnu réalisé par Michael Haneke l’a séduit car il renvoie à la difficulté de communiquer. Code inconnu est une mosaïque de vies éclatées, coupées les unes des autres. Il y a du mouvement partout, mais il n’y a pas d’échange : chacun reste à sa place.

  • pauline-robert

    Pauline Robert

    Pauline Robert, 25 ans, est née et vit en Alsace où depuis son plus jeune âge elle a bénéficié d’un enseignement bilingue (Abibac) en raison de la proximité avec l’Allemagne. Elle a gardé un lien fort avec le pays voisin. Titulaire d’un master en management et communication, elle est rédactrice freelance et, à ses heures perdues, tient un blog de critiques de films suivi par plus de 45000 followers. Dès l’âge de 20 ans, elle a travaillé comme animatrice trilingue en Autriche et après sa licence de langues étrangères appliquées a effectué un stage à la Deutsche Kinemathek de Berlin. Ces expériences lui ont donné le goût de la découverte d’autres pays et d’autres cultures comme le Danemark où elle a passé un semestre d’études.

    Pour Pauline, le cinéma allemand de Fritz Lang, Murnau et de Pabst et plus tard de Fassbinder ont largement inspiré les grands réalisateurs actuels. Daniel Brühl incarne pour elle le nouveau cinéma allemand auprès du jeune public français. Pauline décrit Leos Carax comme l’enfant terrible du cinéma français adulé puis boudé par le public avant de retrouver un certain succès avec Holy Motors présenté à Cannes. Pour Pauline, Osklar Roehler est son homologue allemand dont les personnages sont pour la plupart odieux, dérangés et dérangeants.

    Ses études de marketing ne sont pas parvenues à la détourner de sa passion pour le cinéma et la pop culture à travers les films de son acteur préféré Quentin Tarentino.