Langue actuelle Aktuelle Sprache

Clique ici pour suivre l’un de nos blogs de festivals de cinéma

Internationale Filmfestspiele Berlin Französische Filmwoche, Berlin Semaine de la critique Cannes Französische Filmtage Tübingen / Stuttgart Festival Du Cinema Allemand

Tour de table

 

Salle comble au 4è étage de la Deutsche Kinemathek hier, pour accueillir la Table ronde organisée à quatre mains par l’OFAJ et Perspektive Deutsches Kino, sur la question de l’égalité hommes-femmes dans le domaine cinématographique. Précédé de la projection de Cinéast(e)s, documentaire de Julie Gayet (intervenante par la suite) et Mathieu Busson qui offre à un large éventail de réalisatrices françaises l’occasion de réfléchir à leur place de femmes au cinéma, le débat réunissait deux Françaises (Julie Gayet, donc, sous ses casquettes de réalisatrice, actrice et productrice, et la réalisatrice, scénariste et critique Axelle Ropert) et trois Allemandes : Tatjana Turanskyj, membre du collectif féministe de réalisatrices allemandes Pro-Quote Regie ; Claudia Tronnier, rédactrice pour ZDF ; et Annekatrin Hendel, productrice et réalisatrice pour le cinéma.

 

 

Soigneusement modérée par Frédéric Jaeger, rédacteur en chef de critic.de, la discussion a parcouru en une petite heure un grand nombre de thématiques, de la question des quotas annoncée par le titre à la représentation des femmes au cinéma, les différences de situations selon les domaines (audiovisuel ou cinéma) ou les pays.

 

Table ronde 08Table ronde 03Table ronde 01

 

Houleux parfois et relayé par un public tout à fait paritaire (comme l’on ne pu s’empêcher de le remarquer) et surtout très en verve (enchaînant les interventions et allant même, dans un moment de tension, jusqu’à lâcher un vif « Tais-toi ! » sur Axelle Ropert, qui assumait avec calme et réflexion la position délicate de « pénible provocatrice » — comme elle l’a elle-même souligné), le débat alla bon train. « Il faut continuer d’ouvrir, dans ces échanges », concluait Julie Gayet, une fois mélangés intervenantes, organisateurs et public pour continuer la discussion autour d’un verre.

Ouvrir les cercles, changer d’angle, élargir les champs de réflexion : un beau programme tout à fait à l’ordre de ces dix jours riches en croisements de regards et de voix.

 

Table ronde